Ben voilà,

Le danger qui pèse sur la qualité de l'enseignement des langues en France n'est plus une sourde menace.

Si on ne fait rien, on va se faire bouffer tout cru!

Le texte publié par l'ADEAF (Association des profs d'allemand du secondaire) expose bien les choses:

http://www.petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=rcADEAF

Le volet langue de la réforme du collège est navrant.

Et la presse se tait, trouve ça génial de commencer la LV2 en 5ème, ce qu'on ne vous dit pas, c'est que c'est un tour de passe-passe où les élèves seront perdants, et que si la réforme se fait comme elle est prévue, c'est la fin de l'enseignement de l'allemand en France:

Au lieu d'avoir 3h/semaine, les élèves n'auront que 2h/ semaine (Edit: 2h30, ce qui ne change pas grand chose!) ce qui est contreproductif: donc les élèves n'auront pas le même niveau qu'avec le système actuel de 3h/semaine.

Pour financer la réforme:

- On supprime le latin comme enseignement.

- On supprime 1h d'anglais en 6ème.

- On supprime les classes bilangues et les classes euro au collège, dispositifs qui ont permis de sauver l'allemand et qui satisfont les élèves et les familles.

Par ricochet, ça veut dire qu'on supprimera aussi les classes euro et les sections internationales comme Abibac au lycée. Ca veut dire aussi, qu'à plus ou moins brève échéance on supprimera les facs d'allemand, de russe, d'italien et de toutes les langues moins largement répandues puisque ces dispositifs constituaient leur vivier. Cette réforme est une escroquerie qui met en péril la diffusion de la diversité des cultures.

Je suis écoeurée.

On pourrait demander par académie des audiences collectives à nos IPR. Ils va bien falloir qu'ils mouillent la chemise, car eux aussi, avec cette réforme vont disparaître à plus ou moins long terme.